Dans cette chronique, Marina Rollman fait une petite focale sur le mot « pute ».