Le Maroc et son ambassadeur en France ont décidé d’attaquer en diffamation Amnesty et Forbidden Stories devant le tribunal correctionnel de Paris, jeudi. Le pays est accusé d’avoir eu recours au logiciel d’espionnage Pegasus.