Ces six jeunes sont poursuivis « pour blessures volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique, avec arme et en réunion, ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours ». Ces faits sont passibles de 10 ans d’emprisonnement.