La Commission européenne soupçonne le groupe américain d’avoir « enfreint les règles de l’UE en matière de concurrence en favorisant ses propres services ».