Elle combat l’islamisme sur son sol mais ménage les talibans. La Chine se tient prête à un retour au pouvoir des « étudiants en religion » en Afghanistan, dont elle redoute l’influence potentielle sur les musulmans chinois.