TRIBUNE. Les Napolitains se sont intensément identifiés au gosse misérable de Buenos Aires devenu un dieu du football. Ses vices et ses erreurs n’étaient que des ombres qui le rendaient plus lumineux encore, note, dans une tribune au « Monde », l’écrivain et journaliste napolitain, menacé de mort…