Pour progresser, il faut se souvenir. Le Racing ne vaincra en finale de la Coupe d’Europe, samedi face aux Saracens, que s’il a tiré les enseignements de ses échecs. En voici cinq depuis dix ans et le rachat du club par Jacky Lorenzetti.