Étonnement, le Racing 92, battu en finale de Coupe d’Europe (21-9) par les Saracens, samedi, à Lyon, a dominé son adversaire territorialement et dans la conservation du ballon. Dans les franchissements aussi. Mais son déficit dans les ballons rendus et le