Le président français Emmanuel Macron a appelé mardi à « décapiter » les groupes jihadistes affiliés à Al-Qaïda qui constituent toujours une menace au Sahel et précisé que la France ne comptait pas réduire « dans l’immédiat » les effectifs de son opération antijihadiste Barkhane.