La proposition de loi est censée constituer, en partie, le versant non financier du «Ségur», accords signés en juillet à l’issue d’une concertation lancée après la première vague de l’épidémie de Covid-19