Si le bureau du Sénat conclut au parjure, le directeur de la banque encourt cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende pour délit de faux témoignage sur les activités offshore de la banque.