Face-à-face entre les soutiens du président tunisien, qui célébraient sa décision de suspendre les activités du Parlement, et ceux du parti Ennahda dénonçant un coup d’Etat.