Pour le coordonnateur national du renseignement, quand un individu, « manifestement sous l’emprise de la radicalisation religieuse », « fait état de troubles psychiatriques, on a la faiblesse de penser qu’il serait utile que des services de renseignement puissent bénéficier » de ces informations….