Cet accord à l’amiable permet au service de voitures de tourisme avec chauffeur, qui était opposé à un changement de statut légal de ses conducteurs, de préserver son modèle économique.