Sur une table de pique-nique, nous avons pris un sirop de sapin avec « l’homme-chevreuil », qui publie le récit de sept années passées en immersion dans la forêt normande pour prouver qu’on peut « vivre de la cueillette ».