Associés à tort au coronavirus, peu de Québécois aux origines asiatiques portent plainte pour agression.