Avant le deuxième confinement, 600 personnes par jour passaient un test PCR dans cette salle mise à disposition par la ville de Nantes. Elles sont à peine une centaine aujourd’hui. Ici, on parle peu de la vaccination. Et lorsque l’on pose la question, c’est plutôt l’indécision qui domine.