Valérie Bacot, « très clairement une victime » selon le ministère public, est ressortie libre, vendredi, de la cour d’assises de Saône-et-Loire, après avoir été condamnée à une peine symbolique pour l’assassinat de son mari proxénète.