L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron à l’Elysée doit désormais attendre que les juges d’instruction décident, ou non, de le faire compar