Le vent a tourné sur la plaine hollywoodienne des superproductions. Jadis considéré comme le père du blockbuster de destruction massive, Roland Emmerich, l’homme qui a atomisé la planète et tout ce qui s’y trouve, semble désormais réduit à un pauvre fai